Masen négocie 400 millions de dollars avec la Banque mondiale

La Banque mondiale figure sur la liste des principaux bailleurs de fonds pour le projet solaire Noor Midelt. Un prêt de 400 millions de dollars est actuellement en négociation entre Masen et l’institution de Bretton Woods. Il devra être approuvé en juillet 2017 par le Conseil des administrateurs du groupe de la Banque mondiale.

Masen passe à la vitesse supérieure dans la sécurisation des financements pour Noor Midelt. Selon une source proche du dossier, The Moroccan Agency for Sustainable Energy est actuellement en négociation avec les principaux bailleurs de fonds internationaux du Maroc afin de boucler le plan de financement de Noor Midelt, le plus grand complexe solaire du plan Noor avec une capacité pouvant atteindre 800 mégawatts (MW).

D’après notre source, l’un des principaux bailleurs de fonds ayant donné son accord de principe pour soutenir ce projet est la Banque mondiale. Masen négocie ainsi avec l’institution de Bretton Woods un prêt de 400 millions de dollars. Le dossier de prêt a été transmis aux hauts responsables de la Banque à Washington. Et selon nos informations, le dossier final du prêt envisagé sera présenté en juillet 2017 au Conseil des administrateurs du groupe de la Banque mondiale pour examen et approbation. Une fois consenti, il devra être le premier prêt accordé dans le cadre du partenariat stratégique liant le Maroc à la Banque mondiale pour la période 2018-2021 (juillet 2017-juin 2021), en cours de finalisation.

En attendant, Masen planche sur la préqualification des soumissionnaires lancée le 18 juillet dernier pour le développement de Noor Midelt Phase I, d’une capacité d’environ 400 MW. La nouvelle date limite de dépôt des dossiers de candidatures, par les sociétés ou groupements de sociétés intéressés, était fixée au 10 novembre dernier. La liste restreinte des candidats (short-list), retenue pour la dernière étape de la mise en concurrence devra être dévoilée au premier semestre 2017. Ce projet, qui sera déployé sous le schéma IPP (production indépendante d’électricité), porte sur la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance des centrales Noor Midelt Phase I. Cette phase comprendra deux centrales de technologie hybride, combinant CSP (thermosolaire) et PV (photovoltaïque).

La puissance CSP installée variera entre 150 et 190 MW par centrale, avec une capacité de stockage de 5 heures au minimum. La solution hybride (une première dans le Plan solaire Noor) a été choisie afin d’optimiser le coût global du kilowatt-heure tout en maximisant les synergies entre les deux technologies, permettant la fourniture d’électricité même après le coucher du soleil. En effet, Masen exige que les deux projets puissent produire de l’électricité pendant la journée en utilisant le PV et/ou le CSP (pendant la journée, l’électricité peut être produite exclusivement à partir de PV) et sécuriser 5 heures de production après le coucher du soleil via la technologie de CSP.

Par ailleurs, les soumissionnaires devront proposer un taux d’intégration industrielle sur une base discrétionnaire et volontaire. Masen espère maximiser le niveau d’intégration industrielle pour Noor Midelt Phase I, à un niveau supérieur à 35%.

Le Matin.