Masen s’associe à Sumimoto

Solaire: Masen s’associe à Sumitomo

Masen joue pleinement la carte de la diversification technologique dans l’exécution du Plan solaire Noor. Après le solaire thermique à miroir de Fresnel -dont le premier site devrait être lancé dès l’année prochaine – l’agence en charge du déploiement de la stratégie nationale sur les énergies vertes (EnR) s’essaie à une nouvelle variante: le photovoltaïque à concentration (CPV).

solaire-marocL’organisme a finalisé, hier mercredi 4 mai, un partenariat avec le géant industriel japonais Sumitomo (20.000 collaborateurs au Maroc) pour la conception et la mise en exploitation d’une mini-centrale à technologie CPV d’une capacité de 1 MW sur la plateforme R&D de Noor Ouarzazate. Le projet est certes à des fins de démonstration, mais il permet de transférer une expertise de plus dans le portefeuille métier de l’agence solaire. D’autant plus qu’en 2015, de premiers tests opérés sur un prototype ont déjà permis aux deux partenaires de se rendre compte de la pertinence de la technologie.

Le démonstrateur prévu sur le site solaire de Ouarzazate sera à l’échelle préindustrielle. Ce qui est certainement un premier grand pas vers un déploiement à large-scale du CPV dans le cadre des projets du programme Noor. Avant d’y arriver, l’agence doit s’assurer de tous les critères de compétitivité de la technologie (rendement des modules, coût de production/kWh, cycle de retour énergétique, etc.).

Cela d’autant plus que l’intermittence inhérente à la technologie solaire reste une véritable problématique de rentabilité économique de la filière. La possibilité de recourir aux technologies de stockage, par exemple, pourrait être l’une des pistes de recherche privilégiées et qui pourrait libérer le potentiel d’investissement sur le CPV. Il faut savoir que plusieurs travaux ont déjà démontré que le rendement électrique d’un panneau à concentration serait au minimum deux fois supérieur à celui d’un panneau photovoltaïque à cellules classiques. Par contre, les coûts de développement peuvent apparaître relativement plus élevés que sur le photovoltaïque classique du fait des composantes à intégrer.

Pour toutes ces raisons, justement, Masen et Sumitomo ne comptent pas y aller en solo sur ce partenariat. La collaboration entre les deux acteurs au Maroc intègre effectivement un volet académique et de recherche.  «L’objectif est d’explorer les voies d’amélioration des composantes du CPV et des performances de cette technologie», apprend-on auprès de Masen. L’organisme promet aussi une intégration industrielle optimale sur ce projet, l’idée étant de favoriser l’émergence d’une filière locale. A terme, l’on parle là «d’une localisation maximale» de l’ensemble de la chaîne de valeur, y compris sur les cellules CPV. Rappelons que l’objectif du Plan Noor est de cumuler une capacité installée d’un minimum 2.000 MW en 2020, qui devrait passer à 5.000 MW à l’horizon 2030.

L’économiste.