Hydroélectricité : le Cameroun se lance dans « un projet très structurant »

Le 7 juillet dernier, le Cameroun s’est entendu avec EDF et la SFI pour créer la Nachtigal Hydro Power Company. L’énergéticien français et la filiale de la Banque mondiale vont ainsi participer à un investissement estimé à un milliard d’euros qui assurera un tiers des besoins en électricité du pays en 2021.

Cameroun_Hydro

La société Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) va assurer la construction et l’exploitation de la centrale hydroélectrique de Nachtigal pendant 35 ans. Pour financer ce chantier, l’Etat du Cameroun (30 %) s’est associé à EDF (40 %) et à la Société Financière Internationale (30 %) ; selon les estimations du ministre de l’eau et de l’énergie, Basile Atangana Kouna, le projet représente un investissement d’un milliard d’euros.

L’infrastructure, dont les travaux débuteront à partir d’octobre 2016, sera lors de sa mise en service en 2021, la première installation énergétique du pays. Composé de 7 turbines d’une puissance de 60 MW chacune, le barrage pourra produire jusqu’à 420 MW. Comme l’explique la directrice de la zone Afrique et Moyen-Orient d’EDF, Valérie Levkov, « c’est un projet très structurant pour le pays qui a aujourd’hui une capacité installée d’environ 1000 MW ».

La société NHPC, présidée par Jean Claude Ayem Moger et dirigée par Olivier Flambard, aura effectivement pour mission d’apporter une solution au défi énergétique du Cameroun qui subit de fréquentes coupures d’électricité. D’après le directeur général d’Eneo Cameroun, le concessionnaire de service public de l’électricité, Joël Nana Kontchou, « des investissements sur 10 ans, chiffrés à 5,6 milliards d’euros, sont nécessaires pour porter à 3000 MW la production et permettre d’atteindre un taux de desserte de l’ordre de 75 % ». On estime aujourd’hui que le Cameroun dispose du second meilleur potentiel hydroélectrique d’Afrique, juste derrière le Congo (RDC).

L’Energeek.