Ghana : la centrale biomasse du pays veut produire 560 mégawatts d’électricité en 2017

Le Ghana voudrait faire d’une pierre deux coups : produire de l‘électricité à moindre coût et gérer les déchets ménagers qui s’accumulent dans certains quartiers de la capitale. C’est précisément le cœur de métier de Safi Sana Ghana, une entreprise qui a inauguré une centrale de biomasse en septembre 2016.

« L’agence ghanéenne de régulation de l‘électricité nous a indiqués que c’est le premier projet qui injecte de l‘électricité dans le réseau, se félicite Raymond Okrufu, le directeur pays de Safi Sana. Les projets similaires qui existent sont utilisés à titre privé ou appartiennent à des entreprises. Celui-ci est le premier en son genre en Afrique de l’Ouest ».

Il faut entre 60 et 90 jours dans le digesteur pour que les déchets se décomposent entièrement. Le liquide produit est ensuite transmis dans ces lits de séchages afin de produire de l’engrais organique.

Le projet a été installé dans un bidonville de la capitale ghanéenne Accra afin qu’il puisse aussi aider la communauté sur le plan social.

« Cet unique projet touche plusieurs domaines, assure encore Raymond Okrufu. Vous pouvez voir que nous produisons du compost. Nous fournissons également des toilettes hygiéniques aux communautés qui vivent dans des bidonvilles tels que Ashiaman où nous nous trouvons. La création d’emplois est également là et bien sûr, l‘électricité. Sans oublier que nous avons une dimension de recherche ».

La centrale de biogaz Safi Sana a coûté un total de 2,4 millions d’euros et a bénéficié d’un financement de la Banque africaine de développement.

Africa News.