Réunir la finance africaine pour lutter contre le changement climatique

À la COP22, le Roi du Maroc organisait le 16 novembre un sommet de l’Union africaine autour de la lutte contre le changement climatique. Le même jour, deux nouvelles initiatives ont vu le jour : le lancement d’un réseau d’investisseurs et la transformation d’I4CE en think tank Nord-Sud sur le climat. L’émergence d’une finance climat sur le continent est en cours.

changement-climatique-afrique“L’épargne africaine au service d’une Afrique zéro carbone”, tel était le titre de la conférence de lancement du réseau des investisseurs africains engagés sur le climat, à Marrakech le 16 novembre. “Il y a 500 milliards de dollars d’actifs dans les fonds de pension africains. Ce sont des réserves pour les générations futures que l’on peut activer dès maintenant”, souligne Lionel Zinsou, financier, ancien premier ministre du Bénin et promoteur de l’investissement sur le continent.

Ce réseau rassemble près d’une dizaine d’institutions financières, qui gèrent ensemble plus de 100 milliards de dollars d’actifs. On y trouve les Caisses des dépôts du Maroc, du Gabon, du Sénégal, de la Tunisie, de la Mauritanie, l’AFD (Agence française de développement), la Caisse des dépôts française (dont Novethic est une filiale) et un fonds de pension du Nigeria (Pencom). Il va travailler à la mobilisation de l’épargne du continent pour financer l’effort d’adaptation que le Programme des Nations Unies pour l’environnement évalue entre 140 et 300 milliards de dollars par an d’ici 2030.

“Opportunité pour le Continent”

Membre du réseau, la Caisse des dépôts de gestion du Maroc (CDG) a lancé le mouvement en annonçant, dans le cadre de la COP22, un programme ambitieux de stratégie bas carbone. “Le groupe s’engage de façon claire et irréversible en faveur du climat, a expliqué Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la CDG. Nous sommes convaincus qu’une économie sobre en carbone et résiliente aux changements climatiques représente une opportunité pour le continent.”

Un engagement qui va se traduire par la prise en compte systématique de ces enjeux dans les décisions d’investissement de son institution, la mesure de l’empreinte carbone de ses portefeuilles et un plan d’efficacité énergétique dans le bâtiment et l’éclairage publics.

La CDG a aussi annoncé qu’elle devenait l’un des mécènes importants d’I4CE, l’institut sur l’économie du climat fondé par la Caisse des dépôts et l’Agence française pour le développement (AFD). Ses travaux de recherche prendront donc une nouvelle orientation, plus africaine. “Nous allons déployer au Maroc et sur le continent africain notre savoir-faire de production de connaissances, d’information de la décision publique et de renforcement de capacités sur les sujets-clés de l’économie du changement climatique”, précise Benoit Leguet, le directeur général d’I4CE.

“Une première étape de l’internationalisation d’I4CE”

Le think tank est spécialisé dans quatre domaines de l’économie du climat :

  • L’énergie et le prix du carbone
  • Les villes et les infrastructures
  • L’agriculture et la forêt
  • La finance et l’investissement.

Pierre-René Lemas, le Directeur général de la Caisse des dépôts, se réjouit de cette nouvelle dimension internationale pour l’institut de recherche. Présent à Marrakech, il estime que “l’entrée de partenaires solides, qui partagent avec le groupe Caisse des dépôts des valeurs d’intérêt général et l’engagement dans la transition énergétique et écologique, est une première étape de l’internationalisation d’I4CE”.

Novethic.