Energie : la première turbine du barrage de Soubré tourne en Côte d’Ivoire

Quatre ans après le lancement des travaux, l’une des quatre turbines du barrage hydroélectrique de Soubré a effectué son premier tour lors d’une cérémonie d’inauguration présidée par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Les premiers kilowatts de cet ouvrage d’une capacité totale de 275 mégawatts et construit par la Chine ont été injectés dans le système de distribution pour réduire le déficit énergétique du pays.

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a symboliquement appuyé sur le bouton pour faire tourner la première des quatre turbines du barrage de Soubré. Précédemment à cette inauguration, les travaux de ce barrage, qui s’érige sur 4,5 kilomètres près des chutes de la Nawa dans le sud-ouest du pays, ont été lancés en février 2013.

En quatre années de travaux, 331 milliards de Fcfa, dont 85% consentis par la Chine, ont été nécessaires au financement de cet ouvrage d’une capacité de production annuelle de 1170 gigawatts/heure. Sinohydro, le constructeur chinois de l’ouvrage, prévoit la livraison complète de l’ouvrage en septembre prochain. A ce moment, les tours d’hélices des quatre turbines porteront la puissance totale du barrage à 275 MW.

Diversifier les sources et atténuer la pression de la demande

L’énergie électrique produite à partir de Soubré sera transportée grâce à une ligne haute tension longue de 365 km. L’ouvrage hydroélectrique permettra d’augmenter de 45% la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique pour résorber le déficit de la Côte d’Ivoire en énergie.

En juillet 2016, des émeutes ont éclaté dans plusieurs grandes villes du pays en raison d’une augmentation des prix de l’électricité, justifiée par la charge des subventions de l’Etat. Avec la demande qui augmente à un rythme de 10% par an, la fourniture d’électricité, assurée à 75% par énergie thermique, a plus que jamais besoin de diversifier ses sources d’approvisionnement.

Dans un vaste plan de recours à des sources d’énergie vertes, l’Etat envisage d’investir 18 milliards de Fcfa d’ici 2030 pour répondre à la forte demande en électricité et diversifier les sources de production. Dans la lignée de Soubré, une série d’autres barrages hydroélectriques et de projets solaires et éoliens sont à l’étude pour illuminer les foyers ivoiriens.

Lu sur La Tribune.