La consommation africaine chiffrée à seulement 3%

La consommation africaine chiffrée a seulement 3%

Les directeurs de l’énergie des points focaux SE4ALL (Énergie durable pour tous – Sustainable energy for all – en anglais) de chaque Etat membre de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), sont en conclave à Dakar, depuis hier mercredi 27 avril. Ils vont, pendant trois jours, valider les différents plans d’actions nationaux de développement, de prospectus d’investissements. A cet effet, il est révélé que la part de consommation de l’Afrique en énergie est de 3% sur la production énergétique mondiale.

Afrique-consommation-3

La consommation africaine en énergie est de seulement 3%. C’est ce qui est révélé à l’occasion de la rencontre des directeurs de l’énergie des points focaux de SE4ALL (Energie durable pour tous) en conclave à Dakar depuis hier mercredi 27 avril. Un taux jugé très faible malgré les aspirations du continent à accéder à un développement durable. Avec un accès aux services énergétiques très limité à minima 3% de la consommation mondiale, l’Afrique devra adopter deux politiques novatrices que sont l’accès aux énergies renouvelables consistant à produire de l’électricité à 35% en 2020 et à 48% en 2030, et l’efficacité énergétique devant libérer une capacité de production d’électricité de 2000 MW. Cette démarche contribuerait à plus que doubler l’amélioration annuelle en matière d’efficacité énergétique en vue d’atteindre des niveaux comparables à ceux des leaders mondiaux.

Pour y arriver, les mesures politiques à mettre en œuvre aux niveaux national et régional doivent être opérationnelles, viables et fiables. Une initiative fortement appréciée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao). C’est d’ailleurs l’objet de cet atelier de mise en œuvre des plans d’actions pour l’énergie durable et le prospectus d’investissement. Une réunion sur les normes et étiquetage d’efficacité énergétique qui réunit entre autres les directeurs de l’énergie des points focaux SE4ALL des différents Etats, découlant du Forum de haut niveau sur la politique d’investissement tenu à Abidjan (Côte d’Ivoire) en septembre 2015 où les Etats membres de la Cedeao avaient présenté leur plan d’action respectif aux acteurs concernés ainsi qu’aux investisseurs et partenaires internationaux afin d’opérationnaliser lesdits plans d’actions nationaux.

Lesquels plans ont reçu la bénédiction du Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique  de la Cedeao (Cereec) et partenaires dans l’élaboration de leur prospectus d’investissement pour l’énergie durable pour tous (SE4ALL). «Le Cereec travaille en étroite collaboration avec les 15 Etats membres de la Cedeao pour mettre en œuvre les plans d’actions nationaux aux fins de développer un plan de travail et des prospectus d’investissement des programmes prioritaires d’un développement durable pour l’espace communautaire», a dit Mahama Kappiah, directeur exécutif du Cereec.

Mor Ndiaye Mbaye, directeur de cabinet du ministre de l’Energie et du Développement durable, explique que l’objectif de «ces trois jours de rencontre est d’élaborer des plans nationaux pour la validation et le développement de prospectus d’investissement en vue d’un développement durable dans les 15 pays de la CEDEAO».  Car, poursuit-il, «ce secteur a fort besoin d’un accompagnement financier, ce qui explique la présence effective de tous nos partenaires que sont la coopération Autrichienne, l’Onudi, l’Ue, Gef, Ademe, Irena, entre autres. Selon lui un expert est déjà commis pour l’élaboration du plan d’actions du Sénégal pour développer ce prospectus qui fera l’objet d’un partage avec les autres», a-t-il expliqué.