33 millions de l’Agence Française de Développement pour le Kenya

Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, l’AFD a signé avec les autorités kényanes une convention de financement d’un montant de 33 millions d’euros pour soutenir l’intégration d’énergie renouvelable (solaire et éolienne) dans les réseaux isolés opérés par Kenya Power.

L’accord de financement a été signé à Nairobi au palais présidentiel, par M. Henry Rotich, Ministre des Finances kényan, et M. Bruno Deprince, directeur régional de l’AFD pour l’Afrique de l’Est, en présence du Président de la République du Kenya,  Uhuru Kenyatta et de Jean-Marc Ayrault,  Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International.

Jean-Marc Ayrault, Ministre des affaires étrangères et Henry Rotich du Ministre des finances kényan et en arrière-plan le Président Uhuru Kenyatta et la ministre des affaires étrangères kényane Mme Amina Mohamed.
La mise à disposition par l’AFD de ce prêt de 33 millions d’euros permettra de financer l’installation d’unités de production d’énergie renouvelable (principalement solaire photovoltaïque, mais aussi dans certains cas éolien) dans 23 réseaux secondaires actuellement principalement alimentés par des générateurs diesel. Les travaux seront ainsi réalisés dans les zones les plus reculées du pays, qui ne sont pas actuellement raccordées au réseau national. Cette opération sera mise en œuvre par Kenya Power, entreprise détenue à 50,1% par l’Etat Kenyan et en charge de la distribution de l’électricité dans le pays.

Il est estimé qu’au total environ 9,6 MW de capacités solaires photovoltaïques et 0,6 MW de capacités éoliennes seront installées. Les principaux impacts attendus du projet sont de :

  • réduire le coût moyen de production d’électricité des centres secondaires d’en moyenne 20% ;
  •  contribuer à l’amélioration de la sécurité de l’approvisionnement énergétique du Kenya ;
  • améliorer le tissu économique local en fiabilisant le service d’électricité ;
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre associées à la combustion du diesel.

Ce nouveau financement s’inscrit dans le partenariat de long terme développé entre les autorités kényanes et l’AFD dans le secteur de l’énergie. En effet, depuis le début de son activité au Kenya au début des années 2000, l’AFD a engagé plus de 800 millions d’euros de prêts en faveur du secteur électrique Kenyan, répartis sur l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur : forages pour le développement de l’énergie géothermique, centrales d’énergies renouvelables, réseau électrique national et interconnexion avec l’Ethiopie, électrification en zone rurale et en zone urbaine, et même accompagnement de l’investissement dans le secteur par les PMEs. Le Groupe AFD est un des principaux financiers du secteur au Kenya.

Avec Kenya Power en particulier, l’AFD a déjà financé plusieurs programmes d’électrification en zone urbaine et rurale, apporte actuellement un financement de 56 millions d’euros pour le renforcement du réseau de distribution, et s’apprête à signer un financement de 120 millions d’euros (dont 30 millions d’euros de subvention de l’Union Européenne) en appui à l’initiative Last Mile Connectivity du gouvernement kényan, visant à accélérer l’électrification du pays.

A l’image de l’ensemble des projets soutenus par l’AFD au Kenya dans le secteur de l’énergie, cette opération s’inscrit en plein dans les orientations clés de la politique de coopération de la France, i/ en promouvant un accès à l’électricité pour tous, ii/ en soutenant un développement économique durable et en particulier iii/ en soutenant l’essor des énergies renouvelables pour contribuer à la lutte contre le changement climatique, dans un contexte post CoP21 accueillie en décembre 2015 à Paris

La mise à disposition de financements pour la lutte contre le changement climatique était un des éléments clés pour permettre l’atteinte d’un accord universel lors de la CoP21 tenue à Paris. Cette signature est en ligne à l’engagement pris par le France d’augmenter de 2 milliards d’euros ses financements en faveur de la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement. Ce projet s’inscrit en outre en phase avec la Déclaration Conjointe sur l’Energie Durable, signée à Paris le 7 décembre 2015 avec le Kenya par l’Union Européenne, la France, les Pays-Bas, les Etats-Unis et l’Italie à l’occasion de la CoP 21.

 


Kenya Power
Kenya Power est l’opérateur historique majeur du secteur de l’électricité au Kenya, en charge  de la distribution de l’électricité ainsi que de la gestion, l’entretien et le renforcement des lignes de transport construites avant la création de Ketraco (en charge des nouvelles lignes de transport d’électricité). Kenya Power est l’unique acheteur de l’électricité générée ou importée au Kenya. Kenya Power est une entreprise publique détenue à 50,1% par le gouvernement kenyan. L’entreprise est listée au Nairobi Securities Exchange.

http://www.kplc.co.ke/